Association Française des Pèlerins de Saint Jacques de Compostelle


Édit du 7 janvier 1686 de Louis XIV contre la pratique du pèlerinage de Compostelle.

Louis, par la grâce de Dieu, Roy de France et de Navarre, à tous ceux qui les présentes verront salut.

Le abus qui s'estoient glissés dans Nostre Royaume sous un prétexte spécieux de dévotion et de pèlerinage estant venus à un tel excès que plusieurs de nos sujets auroient quitté leurs parents contre leur gré, laissé leurs femmes et enfants sans aucun secours, volé leurs maistres et abbandonné leurs apprentissages pour passer leur vie dans une continuelle débauche mesme que quelques uns se seroient establis dans des pais estrangers où ils se seroient mariés bien qu'ils eussent leurs femmes légitimes en France. Nous aurions creu pouvoir arrester le cours de ces désordres en ordonnant, par Nostre Déclaration du mois d'aoust mil six cent soixante onze, que tous ceux qui voudront aller en pèlerinage à Saint-Jacques, en Galice, Nostre Dame de Lorette, et autres lieux saints hors de Nostre Royaume, seront tenus se présenter devant leur Évesque diocésain pour estre par luy examinés sur les motifs de voyage et de prendre de luy une attestation par écrit, outre laquelle ils retireront du Lieutenant Général ou Substitut du Procureur général du Baillage ou Sénéchaussée dans lesquels ils feront leur demeure, ensemble des Maires et Echevins, Jurats, Consuls et Syndics des Comunautés des certificats contenant leur nom, âge, qualité, vocation, et s'ils estoient mariés ou non, lesquels certificats ne seront point donnés aux mineurs, enfants mariés et apprentis, sans consentement de leurs pères, tuteurs, curateurs, maris et maistres de métier; et que à faute par lesd. pèlerins de pouvoir representer lesd. certificat et assertion aux Magistrate et Juges de police des lieux où ils passeront et d'en prendre d'eux en arrivant, ils seront arrêtés et punis pour la premiere fois du carcan, pour la deuxième fois du fouet par manière de castigation, et pour la troisième fois, condamnés aux galères, comme gens vagabondes et sans aveu; et d'autant que Nous avons esté informé que plusieurs fils de famille, artisans et autres personnes par un esprit de libertinage ne laisseroient pas d'entreprendre de faire des pèlerinages hors de Nostre Royaume sans avoir observé ce qui est porté dans notre Déclaration, les uns évitent de passer dans les villes où ils sçavent qu'on leur demandera exactement des certificats, les autres se servent de fausses attestations, dans la confiance qu'ils ont que les personnes préposées pour les examiner ne pourront pas s'en appercevoir, ne connaissant pas les signatures des Évesques et Juges des lieux où les pèlerins font leur demeure ; et la plupart se flattent que s'il estoient arrestés en quelques endroits, faute de représenter des certificats, on leur feroit subir que la peine portée pour la 1re contravention par l'imposibilité où se trouveront les Juges de les convaincre d'avoir esté repris en justice pour le mesme sujet; à quoi estant nécessaire de pourvoir pour l'interêt public et la police générale. À ces causes et autres à ce mouvant, Nous avons déclaré et ordonné ces présentes signées de Nostre main, déclarons et ordonnons vouloir et nous plaist qu'aucun de nos sujets ne puisse aller en pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle en Galice, Nostre Dame de Lorette et autres lieux hors de Nostre Royaume sans une permission expresse de Nous, signée par l'un des secrétaires d'Estat et nos commandements, sur l'Approbation de l'Évesque diocesain, à peine de galères à perpétuité contre les hommes, et contre les femmes de telle peine afflictive que nos Juges estimeront convenable...


Sommaire du site    clic Liste alphabétique des textes   clic Images du site    clic    Retour page précédente   clic