La mise en œuvre de l'Édit du 7 janvier 1686 de Louis XIV contre la pratique du pèlerinage amène les évêques de France à rendre ceux-ci difficiles pour leurs fidèles. Un exemple à Bourges : Monseigneur Frédéric-Jérome de Roye de la Rochefoucauld se lance dans des phrases incompréhensibles dans le but de justifier l'injustifiable...


BÉNÉDICTION DES PÈLERINS qui vont par dévotion à Jérusalem, à Rome, à Saint-Jacques en Galice et autres Lieux saints

Les Curés avertiront ceux qui voudraient faire des pèlerinages en des lieux éloignés de ne les point entreprendre sans notre approbation. Telle était l'ancienne discipline de l'Église qui exigeait des étrangers des lettres testimoniales de leur Évêque DiocÚsain pour les admettre à la Communion ecclésiastique. Les lois de l'État exigent de plus une permission expresse du Roi pour faire des pèlerinages hors du Royaume et leurs dispositions sont très conformes à l'esprit de l'Église puisqu'en autorisant ceux qui sont faits par les motifs d'une piété solide et bien réglée elles n'ont d'autre but que d'empêcher que la tranquillité des familles ne soit troublée par la dévotion indiscrète de ceux qui étant en puissance d'autrui voudraient faire de longs pèlerinages sans le consentement de ceux dont ils dépendent et de réprimer les vagabonds et gens sans aveu qui pourraient se couvrir de ce spécieux prétexte pour mener une vie oisive et errante et commettre de grands désordres. Tel est le motif de la Déclaration du 7 Janvier 1686 (1688 ?) Qui défend de faire des pèlerinages à Saint Jacques en Galice, à Notre Dame de Lorette et en d'autres lieux situés hors du Royaume, sans une permission expresse du Roi signée par des Secrétaires d'État, sur l'approbation de l'Évêque Diocésain à peine de galères perpétuelles pour les hommes et contre les femmes de telles peines afflictives que les Juges estimeront convenables.

Les Pèlerins s'étant munis des approbations et permissions susdites mettront ordre à leurs affaires et se disposeront à leur pèlerinage en s'approchant du Sacrement de Pènitence. Le jour de leur départ ils entendront la Messe à laquelle ils communieront si leur Confesseur le juge à propos.

La Messe à laquelle les Pèlerins ont assisté étant achevée, le Prêtre, toujours revêtu de ses ornemens, se tourne vers eux qui doivent être à genoux au dehors du balustre et étant debout et découvert, il dit, alternativement avec son clerc, les prières qui se trouvent à la fin du Bréviaire intitulées Itinerarium. Lorsqu'il n'y aura qu'un pèlerin, il dira ces prières au nombre singulier. S'il est lui même du nombre des pèlerins, il les dira à la première personne du nombre pluriel. Apres ces prières, il ajoutera : Pax et benedictio Dei omnipotentis Patris + et Filii et Spiritus sancti descendat super vos et maneat semper - Amen. Il jettera ensuite de l'eau bénite sur eux.

BÉNÉDICTION DES PÈLERINS après leur retour

Les pèlerins étant de retour représenteront à leur Curé les certificats qui leur auront été donnés aux saints Lieux qu'ils auront visités et le prieront de remercier Dieu pour eux de toutes les grâces qu'ils auront reçues de sa bonté pendant leur voyage ; ce qu'il exécutera en la manière suivante : II se rendra dans le Sanctuaire ayant une étole de la couleur du jour par dessus son Surplis ou revêtu de tous ses ornement qu'il avait à l'Autel (s'il vient de dire la Messe). Les Pèlerins seront à genoux au dehors du balustre et le Curé debout...


Page précédente      clic Sommaire du site clic Images clic Association Française des Pèlerins de Saint Jacques de Compostelle