Chemin de Saint Jacques au Pays basque.

Passage du mont Saint-Adrien (San Adrian).

Documentation :
Revue "Compostelle" n°1-1988. Société des Amis de Saint Jacques de Compostelle, 8 rue des Canettes 75006 Paris
La Montagne basque, 300 itinéraires à travers les sept provinces A. MIGUEL. Ed. ELKAR.
Rutas y paseos por rincones singulares de Gipuzkoa Santiago YANIZ. Ed. SUA (voir "Sites et liens divers").
Guide "Sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle par le tunnel de San Adrian" Gérard ROUSSE - Lepère Éditions.

Cartes :
Instituto Geográfico Nacional au 1/25.000 n° 113-II (Zegama), 113,III (Salvatierra) et 113-IV (Olazti) n°113 au 1/50.000 "Salvatierra".


Récit de Guillaume Manier (1726).

Récit de Mme d'Aulnoy (1679).

Récit d'Antoine de Lalaing (1501).

plan zone du tunnel

Après Tolosa et Beasain, un formidable obstacle montagneux contraint le chemin de fer et les routes PARIS-MADRID (GI-2637 et A1) à chercher une issue commune vers Alsasua (Altsasu) par le col d'Etxgarate (680m) au prix d'un notable détour. L'ancien chemin lui file en droite ligne vers Salvatierra (ville à mi-chemin d'Alsasua et Vitoria). Engagé le long de la rivière Oria, le chemin après Zégama (295m), s'écarte résolument de la gorge et entreprend de gravir la pente, à flanc de coteau, direction sud-ouest. Il va chercher un col qui sépare le massif d'Aitzgorri (1530m) des hauteurs de l'Araz (1442m). Aux pentes boisées succède la clairière des pâturages. On rencontre quelques bâtiments. Au détour d'un lacet, on aperçoit la modeste chapelle Santi Espiritu (altitude : 960m, distance du tunnel : 700m, distance de Zégama : 7km). Un refuge qui semble fermé se devine en contrebas. Tout à coup, on voit dans la falaise un trou.

La rampe du chemin se redresse et grimpe vivement jusqu'à la bouche de cette caverne. Un mur en ferme l'accès. Seule debout, haute et étroite, une arche de pierre livre le passage au milieu des éboulis (1030m). Le voyageur se découvre sous la voûte d'une vaste grotte dont les parois encadrent l'humble chapelle Saint-Adrien. Un peu au-delà, une lueur diffuse fait luire l'humidité du roc, car la voie émerge, après un coude, en pleine lumière, au milieu d'une dépression ...
La trace du chemin est ensuite bien visible : la vieille voie romaine ! L'ascension se poursuit et mène jusqu'à un col vers 1150m. La plaine d'Alava est en bas. Deux voies s'offrent alors pour dévaler la pente vers les villages suivants. La première, plus abrupte, tombe à main gauche sur Araya (603m). La seconde, plus sinueuse, débouche à main droite sur Zalduendo (610m) puis Ordoñana. L'une et l'autre aboutissent à Salvatierra (Agurain en basque, altitude 605m, belle ville avec refuge de pèlerins).

Guide pratique (pour promeneur) :

L'accès au tunnel se fait par la route GI 2637 (ex N1) au port de Otzaurte à 8km au dessus de Cegama, où il y a quelques bâtiments et où démarre à droite, vers l'ouest, une bonne piste forestière. (Rien n'était indiqué quand nous sommes venus). Il faut la suivre sur près de 5km jusqu'à une boucle au delà d'un pont sur un torrent (parking).

Un sentier grimpe. La direction est donnée par une ligne d'électricité haute tension qui franchit la crête à la verticale du tunnel et de la chapelle Saint-Adrien (bravo !). La distance entre le parking et le tunnel est d'un kilomètre. En montant, sur la droite, avant de rejoindre le "camino", on voit comme un refuge de montagne.


on voit un trou
dans la falaise

clic

le chemin basque

clic

sommaire du site

clic