ASSOCIATION FRANÇAISE des PÈLERINS de SAINT JACQUES de COMPOSTELLE


Légende de l'abbé Jean de Montemayor (Don Juan de Montemayor, Dom João de Montemor)

carte de la campagne d'Almanzor       

L'abbé Jean trouve, le matin de Noël, un bébé abandonné sous le porche de son église à Montemayor (maintenant Montemor o Velho, Portugal). Il le recueille, le baptise sous le nom de Garcia, puis l'adopte et s'en occupe comme s'il était son propre fils. L'enfant grandit en beauté et en sagesse. Puis il se voue à Dieu. Pourtant, quelques années plus tard, il abjure la foi chrétienne et se met au service de l'Islam ou plus précisément d'Almanzor, le dictateur installé à Cordoue. Il prend pour nom "Çuleman" (Nous orthographierions "Suleiman" à notre époque). En 997, il se rend très utile lors de la razzia musulmane contre la Galice. Avec zèle, il tue, saccage et brûle tout sur son passage. Arrivé à Compostelle avec Almanzor, il pénètre à cheval dans la basilique de l'Apôtre et arrête sa monture près de l'autel pour qu'elle y lâche son crottin.

Au retour, Suleiman participe au sac de Coïmbre, puis au siège de Montemayor où il a passé sa jeunesse. Lors d'une sortie surprise des assiégés, Jean envoie sa lance sur la plus belle tente du camp énemi. Almanzor et Çuleman y sont en pleine partie d'échecs. La lance vient se planter au milieu de l'échiquier. Çuleman reconnait l'arme de son père adoptif. Un autre jour, au bas des murailles, se présente une troupe avec des oriflammes et des fanions chrétiens. Le chef dit appartenir à une armée du roi Ramiro de Leon et demande l'ouverture des portes. Toutefois la supercherie ne tient pas longtemps face aux questions de l'abbé Jean qui tue son fils adoptif. L'armée musulmane d'Almanzor reflue et subit même une défaite cuisante.


retour sommaire retour au sac
de Compostelle
retour aux légendes