Chanson de Don Gaiferos de Mormaltan

Traduction du "Romance de Don Gaiferos" figurant sur le disque Columbia de Faustino Santalices " la zanfona" gravé en 1949

Où peut bien aller ce pèlerin ? Mon pèlerin, où peut-il bien aller ?
En route pour Compostelle, je ne sais s'il y parviendra.
Les pieds en sang, il ne peut guère marcher plus.
Pauvre, pauvre vieux, je ne sais s'il arrivera.
Longue barbe, blanche barbe, yeux au doux regard,
yeux tristes, fauves, verts comme l'eau de la mer.
"Où vas-tu pèlerin, où veux-tu arriver ?"
"Chemin de Compostelle, où j'ai mon foyer.
Compostelle est mon pays que j'ai quitté il y a sept ans,
reluisant de sept soleils, brillant comme un autel."
Allez, viens mon pèlerin, nous marcherons ensemble.
Moi, je sais des chansons à la Vierge, à la Vierge de Bonaval.
"Moi, je m'appelle don Gaiferos, Gaiferos de Mormaltan,
si les forces me manquent, mon saint Jacques me les donnera"
Ils parvinrent à Compostelle et se rendirent à la cathédrale.
Ainsi parla Gaiferos de Mormaltan :
"Merci mon saint Jacques, me voilà à tes pieds.
Si tu veux me prendre la vie, à présent, tu peux l'avoir
car je mourrais heureux dans ta sainte cathédrale".
Le vieil homme à la barbe blanche s'écroula face à terre
il ferma ses yeux verts, verts comme l'eau de la mer.
L'évêque qui entendit cela, sur place le fit enterrer
Et ainsi mourut, mesdames et messieurs, Gaiferos de Mormaltan
C'est un genre de miracle que saint Jacques sait faire !

couverture de bd
Couverture de BD
  • Vierge de Bonaval : voir la légende de l'homme saint.
  • Une aventure de Don Gaiferos, sans rapport avec Compostelle, figure dans le Don Quichotte de la Manche de Cervantes. Elle est sensée se passer à l'époque de Charlemagne.
  • Guillaume X d'Aquitaine mourut aussi à son arrivée à Saint-Jacques en 1137.

  • Texte d'origine de la chanson.
retour aux légendes clic vers sommaire du site clic vers les pages d'images clic

ASSOCIATION FRANÇAISE des PÈLERINS de SAINT JACQUES de COMPOSTELLE