La résurrection de la fille de Jaïre

résurrection de la fille de Jaïre

Résurrection de la fille de Jaïre (Montsaunès, 31)

Saint Marc 5, 22-23, 35-43

Alors vient un des chefs de synagogue, nommé Ja´re, qui en le voyant, tombe à ses pieds et le supplie avec instance, disant : " Ma fillette est à l'extrémité; venez, imposez-lui les mains sur elle, afin qu'elle soit guérie et qu'elle vive." Et il s'en alla avec lui, et une foule nombreuse le suivait, et on le pressait. ...

Il parlait encore, lorsqu'on vient de la maison du chef de synagogue dire : "Ta fille est morte, pourquoi importuner davantage le Maître ? " Mais Jésus, ayant surpris la parole qui venait d'être prononcée, dit au chef de synagogue : " Ne crains pas, crois seulement. " Et il ne laissa personne l'accompagner, si ce n'est Pierre, Jacques et Jean, le frère de Jacques. On arrive à la maison du chef de synagogue, et il voit du tumulte et des gens qui pleurent et poussent de grands cris. Il entre et leur dit : "Pourquoi ce tumulte et ces pleurs? L'enfant n'est pas morte, mais elle dort." Et ils se moquaient de lui. Mais lui, les ayant tous fait sortir, prit avec lui le père et la mère de l'enfant, et ceux qui l'accompagnaient, et il entra là où l'enfant était [tendue]. Et prenant la main de l'enfant, il lui dit : "Talitha qoum" ce qui se traduit : "Jeune fille, je te le dis, lève-toi !" Aussitôt la jeune fille se leva et se mit à marcher; elle avait en effet douze ans. Et aussitôt ils furent frappés de stupeur. Et il leur recommanda fortement que personne ne le sût; puis il dit de lui donner à manger.

Saint Luc 8, 40-56

Et voici que vint un homme, nommé Ja´re, qui était chef de la synagogue; tombant aux pieds de Jésus, il le suppliait d'entrer dans sa maison, parce qu'il avait une fille unique, d'environ douze ans, qui se mourait. Comme il s'y rendait, les foules l'étouffaient... Il parlait encore, lorsque quelqu'un de chez le chef de synagogue vient dire : " Ta fille est morte, n'importune plus le Maître." Jésus, qui avait entendu, s'adressa à lui: " Ne crains pas, crois seulement et elle sera guérie." Arrivé à la maison, il ne laissa personne entrer avec lui, si ce n'est Pierre, Jean et Jacques, et le père de l'enfant et la mère. Or tous pleuraient et se lamentaient sur elle. Il dit : " Ne pleurez point; elle n'est pas morte, mais elle dort. " Et ils se moquaient de lui, sachant bien qu'elle était morte. Mais lui, la prenant par la main, dit à haute voix : "Enfant, lève-toi !" Et son esprit revint, et elle se leva à l'instant; et Jésus ordonna de lui donner à manger. Ses parents furent frappés de stupeur, et il leur recommanda de ne dire à personne ce qui était arrivé.

Saint Matthieu 9, 18-25

... voici qu'un chef s'avança, se prosterna devant lui et dit : "Ma fille vient de mourir ; mais venez, imposez votre main sur elle, et elle vivra." Jésus se leva et le suivit ainsi que ses disciples. ... Arrivé à la maison du chef, Jésus vit les joueurs de flûte et une foule qui faisait grand bruit, et il leur dit : "Retirez-vous : car la jeune fille n'est pas morte, mais elle dort" et ils se moquaient de lui. Lorsqu'on eut fait sortir la foule, il entra, prit la main de la jeune fille, et elle se leva.

Sommaire du site
clic
Sommaire des images
clic
L'Apôtre Jacques
clic