Source gallica.bnf.fr : Ce récit d'Antoine de Lalaing, seigneur de Montigny fait partie des "Voyages des souverains des Pays-Bas" publié par M. Gachard (1874).

Relation du 1er voyage de Philippe le Beau en Espagne en 1501 (pages 149 et 150 sur le tunnel Saint-Adrien).

...Le samedi 29, Monseigneur arriva à Hernani où on lui fit un bon repas. Trois lieues de Fontarabie (note). Le dimanche, avant-dernier jour du mois, il chemina trois lieues (note) et logea à Tolosa. Cinq cent personnes habillées à la mode du pays vinrent à sa rencontre. Lundi, Monseigneur fit quatre lieux et logea à Segura (note). Pareillement un groupe de personnes vint au devant de lui. Cette ville est au pied du mont Saint-Adrien dont le passage est difficile et mauvais. Il y a toujours de la neige en abondance et on doit nécessairement y passer une porte pour se rendre à Saint-Jacques. Sous ladite porte, il y a une chapelle en son honneur ce qui confirme qu'on est sur l'itinéraire. Il suffirait de peu de gens pour garder ce passage qui est donc le point stratégique du pays et la clef contre la Gascogne. Les femmes de ce pays sont belles et portent comme coiffe 20 à 30 aulnes de toile (note) Les jeunes filles y sont tondues et ne peuvent porter cette coiffe si elles ne sont pas mariées. Les femmes mariées de qualité, et elles seules, la portent brodées de jaune safran.
Le mardi 1er février, ils passèrent la montagne sus-nommée et logèrent à Salvatierra, ville au pied de l'autre versant de cette montagne, à quatre lieux de Segura. Le mercredi, jour de la Purification de Notre-Dame, Monseigneur et Madame y séjournèrent. Ici finissent les pays montagneux et stériles de Biscaye ...
vers le tunnel

Le samedi, XXIXe , arriva Monsigneur à Renay où on luy fist bonne chière, trois lieues de Fontarabie. Le dimence, pénultime du moix, chemina trois lieues, et logea à Toulousette, où bien chincq cens compaignons, acoustrés à la fachon du pays. vindrent au-devant de luy. Le lundi, vint Monsigneur quatre lieues, et logea à Ségure, où pluseurs compaignons vinrent pareillement au-devant de luy. Ceste ville est au piedt de la montaigne Sainct-Adryen, sur laquèle, mauvaise et dangereuse au passer, tousjours chargié de nèges, a une porte où il faut nécessairement passer pour aller à Sainct-Jacques, à l'honneur de qui y a une chapelle soubz ladicte porte, déclarant que c'est le chemin illec. Peu de gens garderoient ce passage, qui est la principale force et clef du pays contre le pays de Gascoigne. Les femmes de ce pays sont belles, et portent, en lieu de covre-ciefs, xx ou xxx aulnes de toilles. Les josnes filles y sont tondues, et ne puelent porter covre-ciefs, s'elles ne sont mariées. Les gentils femmes mariées, et nulles autres, les portent ensaffrenés. Le mardi 1er de febvrier, passèrent la montaigne prédicte, et se logèrent à la ville de Salvatier, à l'autre piedt de cette montaigne, à quatre lieues de Ségure, et y séjournèrent Monsigneur et Madame le mercredi, jour de la Purification de Nostre-Dame.


sommaire du site

clic

Saint-Adrien par Manier

clic

images du site

clic

autres textes

clic ASSOCIATION FRANÇAISE des PÈLERINS de SAINT JACQUES de COMPOSTELLE