Source : Ce récit d'Antoine de Lalaing, seigneur de Montigny fait partie des "Voyages des souverains des Pays-Bas" publié par M. Gachard (1876).

Relation du 1er voyage de Philippe le Beau en Espagne en 1501 (pages 157 et 158 sur le "pont qui tremble").

... Ceux partis d'Oviedo cheminèrent cinq lieues, et logèrent à Avilès, un port de mer un peu hors du chemin de Saint-Jacques. Ils allèrent là avec l'objectif de prendre la mer et de gagner La Corogne car M. de Monceaux était malade, et suportait mal de monter à cheval. Mais le vent contraire les obligea à aller par terre. Le dimanche 27 février ils passèrent un bras de mer (note) et déjeunèrent à Cudillero à quatre lieues d' Avilès, et puis prirent gîte au village de Soto de Luiña. Le lundi (28 février 1501), ils passèrent sept mauvaises montagnes, nommées les Sept-Sœurs et puis passèrent la montagne des Chèvres (note) qui est la pire, et passèrent le pont qui tremble, parcequ'il franchit un gouffre et qu'on ne peut le stabiliser, et dînèrent à Luarca, port de mer à cinq lieues de Soto de Luina, et couchèrent au village d'Otur, deux lieux de là. Le mardi, premier jour de mars, partis d'Otur, ils passèrent un bras de mer à la ville appelée Navia, et puis un autre bras de mer, le plus grand et le plus dangereux des trois, où ils furent en danger, car la mer était agitée, et logèrent à Ribadeo à neuf lieues de Navia. Le lendemain, après avoir cheminé cinq lieues, il logèrent à Mondoñedo qui est un évêché à la frontière des Asturies. Les hommes et femmes des Asturies sont à comparer aux Égyptiens...
page de garde

... Ceuls, partis de Sainct-Salvatoir, cheminèrent chincq lieues, et logèrent à Villier, ung port de mer ung peu hors du chemin de Sainct-Jacques, et allèrent illec, cuidant monter sur mer et descendre à la Queloigne. pour se que mons du Monceaux estoit malade, et enduroit à grief le che- vauchier. Mais le contrariété du vent les constraindi aller par terre. Le dimence, XXVIIe de febvrier, passèrent ung brach de mer et disnèrent à Cadifier, quatre lieues de Villier, et puis prinrent giste au village de Socques. Le lundi, passèrent sept maulvaises montaignes, nommées les Sept-Soers et puis passèrent la montaigne des Chièvres qui est la pire, et passèrent le pont qui tramble, pour ce qu'il siet sur une abisme que on ne puet piloter, et disnèrent à Warcque, port de mer à chincq lieues de Soeques, et conchèrent au village de Thou, deux lieues de là. Le mardi, premier jour de march, partis de Thou, passèrent ung bras de mer à la ville dicte Namua, et puis ung aultre brach de mer, plus grandi et plus dangereux des trois, où ils furent en dangier, car il faisoit tourment, et gistèrent à Ribdieux, noef lieues de Namua. Lendemain, après cheminer chincq lieues, herbegèrent à Ville-Magor qui est évesquié en la fin d'Esturge. Les homes et femmes d'Esturge sont à comparer as Égiptyens...


sommaire du site

clic

pont qui tremble

clic

images du site

clic

autres textes

clic ASSOCIATION FRANÇAISE des PÈLERINS de SAINT JACQUES de COMPOSTELLE