Le pont Royal d'Orléans.

pont Royal d'Orléans Guillaume Manier raconte son passage à Orléans en 1726 et décrit le pont sur la Loire.

Dans cette ville, la rivière de Loire y passe... Sur le pont est une croix de bronze, oł au bas est l'image de la Vierge, tenant Jésus-Christ entre ses bras pour l'ensevelir. À un de ses côtés est à genoux le roi Charles VII, l'épée au côté. De l'autre est la pucelle d'Orléans, armée, bottée, éperonnée, l'épée au côté, à genoux comme le roi, faisant génuflexions. Elle a comme une espèce de plastron à son dos, garni comme de coquillages, avec ses cheveux épars. Tout est de bronze. Cette pucelle se nommait Jeanne Darcq, dont il fut changé en celui de Lis. Elle était native de Vaucouleur, en Loreine. Son épée se montre à Saint-Denis. Il se fait une procession en sa mémoire, tous les ans, le 12 de mai, où tous par ordre de la ville se trouvent et vont jusqu'au pont, où se dit une messe. C'est la fête de la ville...

Après avoir vu les particularités d'Orléans, sommes passés sur deux ponts, sur un desquels était un crucifix de bronze. La rivière, pour lors, était à sec. Pour, à l'égard de la ville, elle est de bonne grandeur : des basses rues étroites et bien marchandes et peuplées. Avant que d'arriver à la porte de la ville, pour la quantité de maisons et jardins qu'il y a, il semble un long faubourg d'une lieue. La place de la ville est assez grande, mais mal située.

Dessin du crucifix du pont qu'a vu Manier      clic Le Pont Royal et la Loire à Orléans ⇒