Le texte dont un parchemin est à la bibliothèque vaticane, est en vieux valencien-catalan du 15e siècle. Les strophes sont de vers de 4 syllabes. Marie-Noëlle Costa a fait une traduction en prose française, publiée par Anacharsis en 2008 (ISBN : 978-2-914777-46-9)


Tiré du deuxième livre du poème MIROIR, sous-titré "Le Livre des femmes"

...J'arrivai auprès du corps saint de Santo Domingo de la Calzada, dans une ville entourée de murailles. Une hôtelière vile, abjecte, ayant un net penchant pour la prostitution, logeait alors, dans son auberge, un groupe de pèlerins, des vieux et des célibataires. Elle s'enticha de l'un d'eux et lui fit des avances pour qu'il accédât à ses désirs ; mais lui, refusa. La vile bagasse mit sa propre tasse dans son baluchon, et, quand il partit, on la trouva à manquer. Elle fit en sorte qu'on le pendît. Les autres continuent leur chemin et accomplissent leur vœu. Lorsqu'ils s'en retournèrent, ils allèrent, immédiatement, voir le pendu dans un endroit très peu éloigné du grand chemin. Encore en vie, le jeune garçon leur dit : " Dépendez-moi ! C'est le bienheureux saint Jacques qui m'a soutenu ! "

Le grave péché fut découvert et avéré plus sûrement. En effet, comme les pèlerins s'étaient empressés de déposer une requête auprès du président, alors que celui-ci répondait à leur demande, en présence de tous, par miracle, deux volailles cuites, un coq et une poule, ressuscitèrent et se mirent à chanter tout haut. Sans tarder, la damnée hôtelière fut vite pendue...


Fuy al cos sant
De la Calçada,
Ciutat murada.
Una vil hosta,
Royn, disposta
A puteria,
Lavos tenia
En sa posada
Una bergada
De pelegrins
Vells e fadrins ;
Hu li n altà,
El requestà
Li fes plaer ;
No u volgué fer ;
La vil bagassa
Mesli la taça
Dins son fardell ;
Partint se nell
Menys la trobaren ;
Feu quel pajaren.
Los altres tiren,
Llur vot compliren ;
Com sen tornaren
De fet anaren
Veure l penjat.
Poch apartat
Del gran cami,
Viu lo fadri,
Dix : "Despenjaume ;
Beneyt sant Jaume
M'ha sustentat ".
Lo greu pecat
Fon descubert :
E fon pus cert ;
Car com cuytassen
E l demanassen
Al president
Ell responent
A llur querella
Per maravella
Dos cuyts ocells,
Resuscitaren
El alt cantaren
Gallina e gall.
Sens entrevall
L'hosta damnada
Prest fon penjada.
retour aux légendes clic vers sommaire du site clic vers les pages d'images clic

ASSOCIATION FRANÇAISE des PÈLERINS de SAINT JACQUES de COMPOSTELLE